Contribution au séminaire de Michel Lévy « La fin de l’analyse »
 
 Par Nathalie Peyrouzet
 
                                        La fin de l’analyse chez Ferenczi
 
                                                                    La psychanalyse – à qui semble échue la tâche de détruire toute mystique...
                                                                                      Œuvres complètes, Tome II, Ch. 82 « La technique psychanalytique » (1919, Maîtrise du contre-transfert. Sandor Ferenczi.
 
                                       C’est très certainement dans ce but que Sandor Ferenczi a investi la psychanalyse qu’il découvre en 1907-1908 après une lecture enthousiaste de L’interprétation des rêves de Sigmund Freud. Alors que la psychanalyse représentait pour lui la voie vers l’explication et la rationalisation des comportements et des complexions psychologiques, c’est en être passionné - à tous les sens du terme, exalté et en souffrance – qu’il attestera d’une clinique psychanalytique en perpétuelle (r)évolution sans cesse aux prises avec un désir d’efficacité et de guérison. C’est ainsi que naîtra la technique active, prise de risque motivée auprès de ses patients, mais qui l’entrainera dans une sorte d’opprobre de la part de ses pairs.
 
                                                      Son trajet familial
 
                                      C’est au sein d’une famille unie et dans une ambiance intellectuellement stimulante que naquit, à Miskolc en Hongrie, le7 Juillet 1873, Sandor Ferenczi.
                                      8ème enfant d’une fratrie de 11, il avait pour parents une mère d’origine viennoise décrite par lui comme une figure sévère, et un père « sympathique libraire » (cf. Dictionnaire de la psychanalyse, sous la dir. de E. Roudinesco). Ce dernier, Bernath Fränkel, dont il aurait par ailleurs été le préféré, était juif d’origine polonaise et participa en 1848 à l’armée des volontaires qui combattaient contre les Habsbourg pour l’indépendance de la Hongrie. Par convictions, il « magyarisa » donc son patronyme en « Ferenczi ». Libraire, éditeur, libéral et nationaliste hongrois, le père meurt alors que Sandor a 15 ans. Cette mort constitue un élément marquant de la vie de Ferenczi. A ce moment, la mère s’occupera conjointement de ses enfants et de la librairie familiale ; la faisant prospérer jusqu’à ouvrir une succursale.
                                      Sandor optera pour la carrière médicale et s’installera en 1897 – il a 24 ans – à Budapest, lieu cosmopolite et progressiste imprégné alors de culture. Son exercice médical sera toujours imprégné d’une préoccupation sociale et altruiste. D’abord externe dans un service qui s’occupe de prostituées, il entre en 1900 dans une unité de neurologie et de psychiatrie d’une maison des pauvres et, en 1904, à la polyclinique d’une caisse-maladie coopérative. Il ouvre ensuite son propre cabinet d’omnipraticien (médecin généraliste) et de neuropsychiatrie et devient, peu de temps après, expert-psychiatre auprès des tribunaux.
                                      En 1904, à 31 ans, il est le compagnon de Gizella Palos, de huit ans plus âgée que lui. Cette liaison est tolérée par le mari de cette dernière qui refuse cependant de divorcer. Gizella vit avec ses deux filles : Magda, mariée avec le frère cadet de Sandor, et Elma, née en 1887. Non seulement S. Ferenczi devient en 1908, l’analyste de sa maîtresse, mais il n’hésite pas, trois ans plus tard, à prendre Elma en cure quand celle-ci présente des symptômes dépressifs, en dépit des mises en garde de Freud contre les dangers de telles pratiques ! Encore mieux, si on peut dire, en novembre 1911, après le suicide du prétendant d’Elma, il annonce à Freud qu’il est tombé amoureux de la jeune fille ! Trouvant, à ce moment là, Gizella trop âgée il énonce sa volonté de lui faire occuper une place de belle-mère en fondant une famille avec sa fille. Et il annonce alors son intention d’épouser Elma. Se rendant compte qu’il est pris dans un imbroglio transférentiel, il renoncera à ce mariage, insistera auprès de Freud afin qu’il prenne la jeune fille en analyse et se fera analyser à trois reprises par le maître, entre 1914 et 1916. C’est Freud qui le contraindra à renoncer à Elma et à épouser Gizella.
                                      Cette issue lui fera dire qu’il a été « normalisé » par Freud ; « J’ai dit à Gizella que j’étais devenu un autre homme, moins intéressant et plus normal et lui ai avoué aussi que quelque chose en moi regrette l’homme d’avant un peu instable, mais si capable de grands enthousiasmes (et, à vrai dire, souvent inutilement déprimé) ».
                                      On l’a bien compris, Freud va être un élément essentiel de la vie de Ferenczi ; et réciproquement. Au moment de sa rencontre avec Freud en 1908 (il a 34 ans, Freud, 51 ans : dix-sept ans les séparent donc), Ferenczi possède une solide culture et une expérience médicale et thérapeutique étendue : chimiothérapie, hypnose, tests d’association de mots de Jung. Dès leur rencontre se noue entre les deux hommes une relation d’amitié profonde puisque – événement exceptionnel tant il préservait ses moments de détente - Freud l’invite la même année à passer ses vacances à Berchtesgaden avec sa famille, dont les membres l’adoptent également. Le lien ira vite loin : Freud, à peine un peu plus d’un an après le début de leur correspondance, écrit à Ferenczi : « Je peux bien vous l’avouer maintenant : cet été, j’aurais bien voulu vous voir à la place du jeune homme, que j’ai appris à aimer depuis, et qui est maintenant reparti avec ma fille. »[1]. Ce à quoi répond Ferenczi, dès le lendemain : « Le projet que vous avez eu pour moi m’emplit de fierté, car j’en conclus que vous me jugez digne d’occuper une place dans votre famille pour laquelle j’ai une si haute estime. »[2].
 
                                       Son positionnement par rapport à Freud ( vie perso, pro et quête analytique)
 
                                      Cette solide amitié se socle véritablement autour de la psychanalyse: comme travail, comme cause à maintenir et à promouvoir et comme  source de bouillonnement intellectuel. Freud en parlera plus tard comme une « communauté de vie, de pensées et d’intérêts ». Leur lien ne sera pas épargné ni par la controverse, ni par les remous occasionnés, entre autres, par ce que Ferenczi qualifiera de transfert négatif non traité à l’occasion de ses 3 cures avec le maître, clôturées en 1918 (les deux premières en 1914 et en 1916). Il semble toutefois que chaque aspérité de leur relation a débouché sur un épisode fécond pour la pratique analytique alors même que la rancœur, le sentiment d’injustice et/ou le désamour affleuraient. Ainsi Freud écrira-t-il : «  Ferenczi avait la conviction que je ne l’aimais pas assez, ne voulais pas reconnaître son travail, et que je l’avais mal analysé. Ses innovations techniques étaient en rapport avec cela ; il voulait me montrer de quelle façon aimante il faut traiter ses patients pour pouvoir les aider. (Lettre à Jones 612 du 29 mai 1933[3]).
                                       Ce transfert non résolu va donc conduire Ferenczi à investir le domaine de la technique de la cure pour tenter de « faire mieux » que le père, mais aussi pour satisfaire ce dernier qui l’avait  très clairement positionné, à son tour, dans une place et un rôle de fils ! Ferenczi était donc surdéterminé à tenter de contribuer par des innovations majeures à l’essor de la psychanalyse et à y contribuer sur le plan technique. Il y a là ce qui sera désigné plus avant sous le terme de dynamique biographique « transférentielle », comme le souligne Stéphane Barbery[4]. La technique active, identifiée comme emblématique de la pratique ferenczienne, sera issue directement de l’expérience analytique personnelle de Ferenczi avec Freud et de ce que Ferenczi repérait comme un échec de Freud dans son rôle d’analyste (développé plus loin). Néanmoins et pour illustrer, si besoin est, cette allégeance de Ferenczi à Freud, on peut remarquer que dans chaque article concernant la technique dite active, Ferenczi fait appel au nom de Freud, comme étant celui qui, par communication orale ou écrite, a instauré et approuvé cette « nouvelle » règle analytique. En effet, si nous lisons les Vorlesungen (1916) et surtout la communication de Freud au Congrès de Nuremberg en 1910, « Perspectives d’avenir de la thérapeutique analytique »[5], nous constatons que la technique active y est décrite et promue bien avant le premier article de Ferenczi sur ce sujet, que Freud qualifiera alors « d’or pur psychanalytique ». On saisit mieux ainsi la revendication de Ferenczi et son sous entendu : au temps de mon analyse en 14 et en 16, vous n’étiez pas sans pratiquer déjà l’« activité » : pourquoi pas avec moi ?
 
                                      La demande de Ferenczi n’était-elle pas cohérente - pas forcément justifiée, mais cohérente – quand on mesure le degré de proximité voire d’intimité entre les deux hommes ? C’est bien Freud qui avait poussé Ferenczi au mariage avec Gizella pour mettre fin à la situation inextricable et obsessionnelle dans laquelle ce dernier se trouvait, hésitant entre la mère et la fille. Freud avouait même à Gizella[6] (23/01/17, 1992b, 199) qu’il était intervenu en usant de son autorité d’analyste pour sortir Ferenczi de l’impasse qui avait provoqué mouvement hypocondriaque et troubles somatiques.
 
                                      On saisit bien alors, au vu ces faits, que traiter de la fin de la cure chez Ferenczi, c’est avant tout considérer un entrelacs de recherches, d’avancées et de doutes enracinés dans un terreau riche d’éléments personnels voire intimes. De plus, une des motions majeures de l’élaboration ferenczienne est la juxtaposition permanente d’un authentique désir thérapeutique et de transmission, et d’un réalisme ultra-présent (dans ses œuvres tout comme dans sa correspondance) quant à la dimension subjective de ses approches. A ce titre, certainement est-il vain de vouloir stratifier ou ordonner quelques topiques en vue d’une présentation séparant la vie et l’œuvre de Ferenczi tant les deux se confondent à un stade parfois vertigineux, comme cela nous est apparu! C’est donc au regard d’une nécessité personnelle de présentation que je me risquerais à considérer, dans un premier temps, la dynamique, le désir et les projets de Ferenczi au travail ; avant d’aborder plus spécifiquement, dans un second temps, la problématique de la fin de la cure.
 
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement